Pour une histoire de l’IA #10 : Antonio Somaini

© Deep Mind via Unsplash

La dixième séance du séminaire Pour une histoire de l’IA accueillait Antonio Somaini le 7 mars 2023 pour discuter de l’impact de l’intelligence artificielle sur la culture visuelle. Ci-dessous, un résumé de la séance ainsi qu’une courte biographie de notre invité :

L’impact de l’intelligence artificielle sur la culture visuelle contemporaine

L’histoire des cultures visuelles est périodiquement marquée par l’apparition de nouvelles images et de nouvelles technologies de la vision, qui introduisent de nouvelles formes de représentation et redessinent la frontière qui sépare ce qui est visible de ce qui reste invisible. Dans certains cas, ces changements ne produisent que des transformations marginales, qui n’ont d’impact que sur des zones limitées d’une culture visuelle spécifique, alors que dans d’autres cas, les transformations sont vastes et profondes. C’est ce qui se passe aujourd’hui, dans une phase historique où toute une série de technologies de deep learning sont en train de transformer de plus en plus la manière dont les images sont générées, transformées et vues. 

Trois phénomènes majeurs, en particulier, méritent notre plus grande attention. On peut les mentionner dans leur ordre d’apparition au cours des dernières années : 

1. À partir de 2010 environ (mais sur la base de recherches qui remontent à la deuxième moitié des années 1950, avec le Perceptron de Frank Rosenblatt), le développement d’algorithmes de deep learning comme les Convolutional Neural Networks qui ont contribué au développement très rapide de nouvelles technologies de machine vision  qui permettent, avec de hauts dégrés de précision, de détecter des objets, reconnaître des visages, et plus en général extraire des informations et des données à partir des milliards d’images numériques qui sont accessibles en ligne ou stockées dans nos appareils, même si elles n’apparaissent pas sur des écrans et ne sont donc pas visibles par des yeux humains ; 

2. À partir du milieu des années 2010, l’introduction de nouveaux algorithmes de deep learning, comme les Generative Adversarial Networks (GAN), qui sont capables soit de transformer des images préexistantes, soit d’en générer de nouvelles, qui peuvent avoir un aspect photoréaliste, hybride, ou abstrait ;

3. Depuis 2022, la diffusion à grande échelle de modèles de deep learningcapables soit de générer des images à partir de “prompts” en langage naturel (comme dans le cas de DALL-E 2, Stable Diffusion et Midjourney), soit de générer des légendes, des descriptions et des petites histoires à partir d’images (comme dans le cas de Neural Storyteller).

Ces trois phénomènes ont aujourd’hui un impact de plus en plus profond non seulement sur la culture visuelle contemporaine en général, mais aussi sur toute une série de pratiques artistiques, très différentes les unes des autres. Ils nous obligent à repenser toute une série de concepts-clé de la théorie des images et de la culture visuelle, comme « image », « vision », « référent », « réalisme », « style », « création », « original vs. reproduction », etc., et ils nous invitent à les situer dans une perspective historique, avec une approche média-archéologique. 

L’intervention d’Antonio Somaini présentera tout d’abord une vision panoramique de ces trois phénomènes, afin d’analyser ensuite une série d’exemples qui en mettent en évidence les enjeux esthétiques, épistémologiques, historiques et politiques de l’irruption de l’intelligence artificielle dans le champ des images.

Antonio Somaini est professeur d’études cinématographiques, études visuelles et théorie des médias à l’Université Sorbonne Nouvelle, et Membre Senior de l’Institut Universitaire de France (IUF). Il travaille actuellement sur l’impact de l’intelligence artificielle sur la culture visuelle et sur les pratiques artistiques contemporaines. Parmi ses publications récentes, le livre Culture visuelle. Images, regards, médias, dispositifs (écrit avec Andrea Pinotti, Presses du Réel, 2022) et la codirection des ouvrages collectifs Repenser le médium (avec Larisa Dryansky et Riccardo Venturi, Presses du Réel, 2022) et La haute et la basse définition des images. Photographie, cinéma, art contemporain, culture visuelle (avec Francesco Casetti, Mimésis, 2021). En 2020, il a été le commissaire de l’exposition Time Machine. Cinematic Temporalities (catalogue Skira, site web www.timemachineexhibition.com).



Citer ce billet
Carla Marand (2023, 13 mars). Pour une histoire de l’IA #10 : Antonio Somaini. CulturIA. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfcr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search