Pour une histoire de l’IA #4 : Sébastien Plutniak

© Giammarco via Unsplash

La quatrième séance du séminaire Pour une histoire de l’IA proposait de revenir sur l’histoire de l’outil que représente l’intelligence artificielle en sciences historiques. Vous trouverez ci-dessous le résumé de l’intervention de Sébastien Plutniak (EHESS).

Concordance des intelligences : celles antérieures, celles artificielles. Éléments d’histoire de l’IA en sciences historiques

L’histoire longue des capacités cognitives de l’homme constitue, depuis ses débuts, un aspect essentiel des recherches archéologiques, et d’archéologie préhistorique en particulier : qu’il s’agisse de la reconnaissance du caractère anthropique des objets de pierre taillée au mitan du XIXe siècle, de la datation des peintures rupestres et de l’identification des premières manifestations de pensée symbolique au début du XXe siècle, des débats sur l’origine des religions au milieu du XXe siècle ou, par la suite, ceux sur la scientificité de l’archéologie menés autour de la « New Archaeology » et l’influence de la cybernétique ou, enfin, du développement de l’archéologie cognitive dans le giron de ceux de l’informatique et des sciences cognitives.
L’archéologie et ses nombreuses interfaces disciplinaires – en particulier avec l’informatique – constitue donc un observatoire privilégié pour suivre les renouvellements de la pensée sur l’intelligence humaine, tant à partir de la recherche de ses origines que du miroir offert par le développement d’intelligences « artificielles ».
La première partie de cette communication portera sur deux exemples de travaux ayant concerné la cognition humaine, menés par Jean-Claude Gardin et ses collaborateurs à l’interface entre archéologie et informatique. Le premier, menés dans les années 1960, concernait l’étude des réseaux commerciaux Assyriens. Ayant mené à l’une des premières automatisations de l’analyse de graphes, elle visait, selon ses auteurs, à simuler le raisonnement de l’historien. Le second exemple concerne les années 1980, et le développement de systèmes experts appliqués à des problèmes historiques ou archéologiques. Les visées et fonctions épistémiques attribuées par leurs auteurs à ces travaux ont varié dans le temps. Ceci sera illustré, dans une troisième partie, à partir du cas de l’analyse du réseau marchand Assyrien. Alors que, dans les années 1960, cette entreprise visait à démontrer l’intérêt du calcul dit « non numérique », Gardin la reconsidère, dans les années 1970 et 1980, comme une préfiguration de la simulation des raisonnements. Cette requalification entre dans le cadre plus général de débats épistémologiques sur la nature des sciences de l’homme, auxquels Gardin pris sa part dans les décennies 1990. Ils seront abordés dans une quatrième partie, à partir de quelques aspects de la dispute l’ayant opposé à ce sujet au sociologue Jean-Claude Passeron.

Sébastien Plutniak, docteur de l’EHESS et ancien membre de l’École française de Rome, est sociologue des sciences et archéologue. Ses recherches portent sur les méthodes sciences humaines et sociales et l’histoire des rapports entre informatique, mathématiques et SHS, en particulier l’archéologie.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Carla Marand (20 juillet 2022). Pour une histoire de l’IA #4 : Sébastien Plutniak. CulturIA. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfce


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search