Retour sur le kick-off meeting #4 : Jean-Gabriel Ganascia, La Rose des vents numériques : En ligne, En vie, Hors ligne, Hors vie

L’après-midi du lancement de CulturIA s’est clos sur une conférence du spécialiste de l’intelligence artificielle Jean-Gabriel Ganascia. Ci-dessous, le résumé de sa présentation ainsi que sa biographie.

La Rose des vents numériques En ligne, En vie, Hors ligne, Hors vie, une conférence de Jean-Gabriel Ganascia, 22/04/2022 :

L’empire du numérique et de l’IA s’étend à la planète entière. Sur lui, le soleil ne se couche jamais, et l’étoile polaire n’est pas visible dans l’hémisphère austral. En conséquence, les anciens repères astraux, le Nord, indiqué par l’étoile polaire, l’Est, par la direction du levant, et l’Ouest, par celle du couchant, deviennent obsolètes. Pour se repérer dans ce monde nouveau et dresser une anthropologie contemporaine, je propose deux autres axes, l’un construit à partir de l’existence « en ligne » qui nous sert désormais de repère universel et de son opposé, le « hors ligne », et le second, sur la vie, qu’il s’agisse des tentatives de poursuivre notre existence au-delà de notre corps biologique, « hors vie », ou de la transformation de nos existences « en vie » dans l’univers numérique.

Jean-Gabriel Ganascia

Ingénieur et philosophe de formation initiale, Jean-Gabriel Ganascia s’est très tôt orienté vers l’informatique et l’intelligence artificielle. Il a soutenu en 1983, à l’université Paris-Sud (Orsay), une thèse de doctorat sur les systèmes à base de connaissance puis en 1987, toujours à l’université Paris-Sud, une thèse d’État sur l’apprentissage symbolique. Professeur d’informatique à la faculté des sciences de Sorbonne Université depuis 1988, il poursuit ses recherches au LIP6, le laboratoire d’informatique de Sorbonne Université, où il dirige l’équipe ACASA (Agents cognitifs et apprentissage symbolique automatique). Dans le passé, il a créé et dirigé le groupement d’intérêt scientifique « sciences de la cognition » au CNRS et le labex OBVIL (Observatoire de la vie littéraire) qui faisait collaborer les équipes de recherche en littérature de la Sorbonne et son équipe sur les humanités numériques. Spécialiste d’intelligence artificielle (EurAI Fellow), d’apprentissage machine et de fouille de données, ses recherches actuelles portent sur le versant littéraire des humanités numériques, sur l’éthique computationnelle et sur l’éthique des technologies de l’information et de la communication. 

Il est président du comité d’orientation du CHEC (Cycle des Hautes Études de la Culture) et du comité d’éthique de pôle emploi ; il est aussi membre du CNPEN (Comité National Pilote d’Éthique du Numérique) et il a présidé le comité d’éthique du CNRS de 2016 à 2021.

Publications :

Au cours de sa carrière, il a publié plus de 500 articles dans les actes de conférences, dans des livres et des revues scientifiques. Il est aussi l’auteur d’un dizaine d’ouvrages destinés au grand public dont le dernier, Servitudes virtuelles, a paru aux Éditions du Seuil, en mars 2022. Enfin, il a publié en 2019, un roman intitulé Ce matin, maman a été téléchargée, sous le nom de plume de Gabriel Naëj.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Carla Marand (1 juin 2022). Retour sur le kick-off meeting #4 : Jean-Gabriel Ganascia, La Rose des vents numériques : En ligne, En vie, Hors ligne, Hors vie. CulturIA. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfca


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search